Recherche-Formation-Expertise

Tel: (+226) 20 97 01 02

UN PLAIDOYER POUR L’AMENAGEMENT DU SITE DU LABORATOIRE MOBILE P3 AU PROFIT DU CENTRE MURAZ

17. 03. 31

Le 31 mars 2017 à Bobo-Dioulasso, l’équipe du Laboratoire National de Référence des Fièvres Hémorragiques Virales (LNR-FHV) du Centre MURAZ a effectué un plaidoyer auprès des autorités communales de la ville dans le cadre du projet d’aménagement d’un site propice pour accueillir le Laboratoire Mobile P3.  Ce plaidoyer a donné lieu à une présentation faite par le Dr Thérèse KAGONE du LNR-FHV dont elle est la Chef et la chef du projet Laboratoire mobile P3. De même, des éclaircissements ont été donnés aux élus locaux sur la dangerosité des virus hautement pathogènes qui seront analysés par les chercheurs du Laboratoire et les risques de contamination sans un cadre approprié à l’étude et au diagnostic des MFHV, d’où la nécessité de cet aménagement d’espace. 

En rappel, crée en 1939 par la France à Bobo-Dioulasso, le Centre MURAZ est le plus ancien institut de recherche pour la santé au Burkina Faso qui a pour vision de « devenir un pôle d’excellence et d’innovation au niveau national et international ». Les missions du Centre MURAZ sont au nombre de trois : la Recherche qui est axée sur les priorités nationales de santé ; la formation basée sur l’accueil des stagiaires des écoles de formation professionnelle et des universités, la formation du personnel de santé, des chercheurs et des paramédicaux  et des formations diplômantes en partenariat avec les universités et l’expertise offrant des prestations de service de laboratoire de haut niveau, des proposition de compétences de haut niveau pour des consultations d’expertise nationale et internationale.

En 2014, le Centre MURAZ a été élevé par l’arrêté 2014_653/MS/CAB au rang de Laboratoire National de Référence (LNR) afin de mieux lutter contre les Fièvres Hémorragiques Virales (FHV) que sont, entre autres, la maladie à virus Ebola, la Dengue, la maladie à virus Zika….

Ce Laboratoire National de Référence des Fièvres Hémorragiques Virales (LNR-FHV) dirigé par le Dr Thérèse KAGONE assure un certain nombre de missions fondamentales dont : 

  • l’évaluation externe de qualité des examens relevant de son domaine de compétence ;
  • l’expédition des échantillons aux laboratoires internationaux ;
  • l’approvisionnement et à la gestion des réactifs et consommables ;
  • l’alerte les autorités sanitaires par l’information immédiate concernant des phénomènes anormaux constatés dans son domaine d’activité et pouvant avoir des répercussions sur l’état de santé des populations ;  
  • l’évaluation des réactifs de diagnostic et de suivi de l’infection par les virus à fièvres hémorragiques ;
  • le génotypage des souches de virus des fièvres hémorragiques ;
  • la participation au développement et à la validation des techniques d’identification des virus à fièvres hémorragiques. 

Au regard de ces missions assignées par le Ministère de la Santé, les capacités du LNR-FHV ont été renforcées  pour la réalisation du diagnostic de la Maladie à Virus Ebola (MVE) et des autres Virus à Fièvre Hémorragique (FH) sur place, ce qui permettrait la confirmation des cas suspects et probables en temps réel, le même jour. 

De l’explication du Dr KAGONE, le laboratoire de confinement – NSB3, est conçu pour des virus classés 3 et 4 dont la manipulation est dangereuse et risque de provoquer la diffusion d’aérosols. Le degré de confinement qu’implique le niveau de sécurité 3 exige le renforcement des programmes de travail et de sécurité par rapport à ceux des laboratoires de base. (OMS, Manuel de sécurité biologique en laboratoire, 3e édition).

Ainsi, il est important de noter que face au risque lié à l’émergence ou à la réémergence d’une épidémie de MVE hors de contrôle en Afrique de l’Ouest, il est plus qu’urgent de renforcer les capacités opérationnelles du LNR-FHV pour parer à toute épidémie de MVE et maladies apparentées. Cette prise de conscience a donnée lieu à un plaidoyer à l’endroit des élus locaux qui se décline en quatre (4) points essentiels :

-      Accompagner le LNR-FHV dans l’atteinte de ses missions ;

-      Aider le Centre MURAZ pour l’aménagement du site du Laboratoire Mobile P3 ;

-      Aider à sécuriser le site du Laboratoire mobile P3 ;

-      Aider le LNR-FHV/Centre MURAZ à avoir un terrain spacieux pour la construction d’un Laboratoire P3 fixe et d’une Biothèque.

Pour justifier ce plaidoyer, disons tout simplement que prendre ces mesures de précaution revient à adopter la bonne attitude de l’assureur proactif qui se prépare aux changements prévisibles sachant que la réparation coûtera plus cher que la prévention. « Ne pas prendre une telle décision reviendrait à adopter l’attitude du pompier réactif qui attend que le feu soit déclaré pour le combattre, bien sûr toujours trop tard pour sauver quelque chose. Ce qui est à sauver ici, se compte en vies humaines » a martelé le Dr KAGONE à la fin de sa présentation.   

  

Par : SCRP-CM