Recherche-Formation-Expertise

Tel: (+226) 20 97 01 02

EDCTP/WANETAM

Affichages : 694

Intitulé : Evaluation de la fréquence de virus VIH-1 résistant aux antirétroviraux chez des patients naïfs et sous traitement dans les pays du réseau WANETAM.

Dpt/Unité : DSB/Laboratoire de Virologie

Code MURAZ : 10 MT 08

Sponsor : EDCTP/WANETAM

Budget : 30 720,48 USD

Dates prévues pour la mise en œuvre :

12/2014 à 06/2015

Equipe de recherche et partenariats établis :

PI: Couba Touré-Kane (Sénégal)

Co-investigators : D Kania (CM/BF), A Maïga (Mali), Guinée, Ghana, Nigéria

Sites de mise en œuvre au BF: Bobo-Dioulasso

Contexte/justification :

Dans les pays à ressources limitées et plus particulièrement en Afrique subsaharienne qui est la région du globe la plus touchée par le VIH, le nombre de personnes sous TARV a atteint 5,6 millions en fin 2011 sur le total des 8 millions de patients recevant des molécules antirétrovirales (ARV) soit une augmentation de 56% par rapport à 2010. Ceci a permis de réduire de 32% le nombre de décès liés au VIH entre 2005 et 2011 en Afrique subsaharienne. La préoccupation majeure au cours du TARV est l’émergence de mutations de résistance responsables de l’échec thérapeutique. L’émergence de mutations de résistance est liée à de multiples facteurs tels que ceux liés à l’hôte, au virus, au régime thérapeutique lui-même et au système de soins surtout dans les pays à ressources limités. Cette résistance qui survient au cours du traitement est appelée résistance secondaire. Mais la résistance peut également être transmise à des patients naïfs au TARV, il s’agit alors de résistance primaire. La surveillance régulière de ces mutations de résistance est très importante dans cette région où les patients sont suivis selon une approche de santé publique.

Question de recherche/hypothèse :

  • Est-ce que la réponse virologique et l’apparition des résistances sont les mêmes dans les pays du réseau Wanetam utilisant une approche de Santé Publique versus l’approche avec suivi virologique dans les pays industrialisés ?
  • Quel sont les profils de résistance primaire chez les patients nouvellement infectés par le VIH et naïfs de traitement ARV dans les pays du réseau Wanetam ?

Objectifs :

-       Généraux :

·         Evaluer l’efficacité virologique et la prévalence de la résistance des souches de VIH-1 aux ARV après au moins 12 mois de traitement ARV de première ligne selon l’approche santé publique des programmes nationaux (avec ou sans suivi virologique)

·         Evaluer la fréquence de la résistance transmise (HIVDR) chez les patients naïfs de TARV dans le contexte de la décentralisation du traitement antirétroviral.

-       Spécifiques :

·         Déterminer la proportion de patients en échec virologique avec une  charge virale >1000 copies/ml après 12 mois de TARV de première ligne ;

·         Déterminer la proportion de souches de VIH -1 résistantes chez les patients avec une charge virale >1000 copies/ml ;

·         Déterminer les facteurs associés à l’échec virologique et à la résistance.

Résumé des méthodes d’étude (design, population d’étude, échantillonnage, etc.):

Il s’agit d’une étude transversale qui va se dérouler dans 8 sites du consortium Wanetam qui est le West African Network against Tuberculosis, AIDS and Malaria avec 2 sites au Nigeria (NIMR et Innovative Biotech) et 1 site dans chacun des pays suivants Burkina Faso, Guinée, Ghana, Guinée Bissau, Mali et Sénégal. Elle portera sur deux types de populations : (i) L’évaluation de la résistance secondaire portera les patients sous traitement ARV de première ligne depuis au moins 12 mois à raison de 150 patients par pays soit un total de 1200 patients (homme ou femme ≥18 ans, infectés par le VIH-1 ou VIH-1/2). Pour le site du Burkina Faso, le recrutement des patients se fera à partir des files actives de 4 districts autour de Bobo-Dioulasso dans un rayon de moins de 100 Km (Drafra, Do, Houndé et Orodara) qui comptent plus de 1000 patients sous ARVs. Chaque les échantillons de patient feront l’objet de tests sérologiques du VIH et numération des lymphocytes TCD4 (au besoin),  mesure de la charge virale plasmatique et tests génotypiques de résistance. (ii) L’évaluation de la résistance primaire portera sur 50 patients naïfs de tout traitement antirétroviral au niveau de centre de dépistage volontaire de la ville de Bobo-Dioulasso (Femmes ou hommes âgés <25 ans, CD4>500 cellules/µl) et les femmes enceinte lors de la CPN (une première grossesse et âgées de moins de 25 ans, sans antécédent de PTME ou sans avoir d’échantillons confirmés VIH positif lors de l’enquête de sérosurveillance).

Principales activités menées jusqu’en Août 2016 :

·         Demande des avis éthiques

Principaux résultats obtenus jusqu’en Août 2016 :

·         170 patients sous ARV inclus

·         340 échantillons de plasmas aliquotés et conservés à -80°C

·         L’inclusion des patients naïfs est en cours de préparation (début est imminent)

Valorisation planifiée ou déjà effectuée des résultats du projet :

·         articles : 01

·         communications orales : 01

·         posters : 01

·         autres : -

Retombées pertinentes du projet :

·         Emplois crées (contrats de travail) : 00

·         Frais indirects versés au CM : 1 536 024 CFA

·         Infrastructures (construction, rénovation bâtiments, etc.) : néant

·         Equipements acquis (ordinateurs, logistique roulante, matériels labo, etc.) : néant

·         Bourses de formation offertes : néant

·         Autres : Mise en marche du plateau technique du Centre Muraz pour les tests de résistance du VIH aux ARVs et formation d’un technicien du laboratoire de virologie en séquençage et génotypage

Perspectives : Néant